Roman poétisé « La route de l’amour » 4ème épisode CYCLONE  » Aymé ».

4ème épisode cyclone Aymé

 LE GRAND AMOUR
Roman poétisé « La route de l’amour » 4ème épisode CYCLONE  » Aymé ».
Fin du 3ème LUI
– Je connais presque tout de toi … Je te réveillerai vers 17 heures .

                                         4ème épisode CYCLONE « Aymé »
Un vent violent claque sur le volet et je me réveille en sursaut ! La mer gronde et se chamaille sur la falaise qui tremble . Où suis-je? Oh ! Un film dans ma tête . Je fais un bond et je crie . J’ouvre la porte . Le couloir est sombre avec ce temps cyclonique . Je reprends mes esprits et je regarde l’heure sur mon téléphone 17 heures 30 . LUI m’avait pourtant dit qu’il me réveillerait à 17 heures . Où est -il ? Je commence à paniquer . Par moments, je pense entendre des pas .Je m’immobilise . Dans le garage, cette fois, tout vibre ! Je m’inquiète .
LUI a tout verrouillé avec ce mauvais temps.
Je n’ose pas allumer les lumières et silencieusement
Je me déplace jusqu’au salon
Et à la porte du perron
Je réalise que je ne porte qu’un peignoir
Je suis tapie dans le noir.

J’entends le bruit du moteur de sa voiture
Malgré le vent qui chahute …La clé dans la serrure .
Je reste cambrée levant les poings
Devinant mes craintes secrètes dans ce coin
Il m’ ouvre ses bras , je m’y blottis
Il fait déjà nuit .
Il me résume très rapidement le fil de la journée ! Que je dormais comme un ange et il est parti au village pour faire des provisions avec le passage imminent du cyclone . ( Alerte rouge à 20 heures )
On sera ici pour cette nuit .
Et LUI me raconte sa vie .
Patron de boîte de nuit
Il gère à partir de minuit
Connaît toutes les filles de nuit
Et il défie dans ses écrits
Toutes ses frasques
N’a pas peur de la pluie et des flaques
Souvent il prend des claques
Vivre ainsi n’est pas facile
Même si le jour est docile
Tous ont désisté , femme et enfants
L’ont plaqué bruyamment.

SILENCE … Rompu par le déluge. Quand je réalise que je suis toute recroquevillée dans ses bras .
Il me dénoue le ruban qui retient ma longue chevelure et continue à me rassurer .
LUI
– N’aie surtout pas peur de moi, je ne te ferai aucun mal ! Je veux faire de toi une star de la nuit . Tu veux bien . Mais à cet instant c’est un premier cyclone de la saison nommé « Aymé » .
MOI .
CYCLONE  » Aymé »
Temps cyclonique sur cette île tropicale
La pluie est diluvienne, ce là ne fera aucun mal
Ce sont nos âmes qui sont cyclones
Nous mettrons nos corps sur un trône
Ce soir, tu es un amour et non un clone
Même si le vent est dévastateur sur la zone
Tu ne veux plus voir mes larmes
Cette tempête sera notre arme
Demain le génie de l’amour sera de parme …

A l’extérieur, tout se brise et se déchaîne On se met bien à l’abri dans la cuisine et LUI prépare un délicieux repas ! On dîne dans le fracas ! Car tout d’un coup OUPS ! Le noir , plus d’électricité ni de téléphone, il faut tout débrancher pour la sécurité et il allume les bougies ! Des ombres furtives se promènent ( c’est mon imagination ) . Il adoucit mes frayeurs avec un thé bien chaud et on essaie de s’endormir dans le salon . Il a tout éteint ! Ne reste qu’un mince faisceau du lampion qui fonctionne avec une pile .
Un déluge ininterrompu : tout le ciel se déverse et le vent en tourbillons , la pression qui descend ( j’ai les oreilles qui sifflent en même tant avec des bouchons ), des craquements des arbres et le ronflement incessant de la mer . PUIS …Plus rien . il est 1 heure du matin . CHUT . C’ est l’ œil puis ce sera le mur du cyclone ( mouvements convectifs les plus puissants avec des effets dévastateurs ) c’est reparti de plus belle !
LUI me dit que les villageois se sont regroupés dans la salle communale fabriquée avec les normes anticycloniques (le seul endroit sécurisé en principe contre un ouragan ) Mais ici on devrait être tranquille jusqu’à la fin car le jardinier a élagué les arbres en tant voulu et tout est bétonné en sentier pentu pour les évacuations des eaux de pluie vers la mer . Il a allumé sa petite radio avec des grésillements… Je comprends alors qu’il est sur le qui vive… Je sombre dans un sommeil de rêve : Le manteau de cuir devient couche et tendresse, le vent nous emmêle , tout devient étrange .

( A SUIVRE) LUCYE RAYE 28 septembre 2018
Dialogues, lieux agencés EN FICTION poétique . Toute ressemblance avec des événements réels, des personnes vivantes ou mortes serait pure coïncidence.

Publicités
A propos LUCYE RAYE 63 Articles
Biographie LUCYE RAYE Marie Lucie Mayot Crescence( Poétesse) : J'écris depuis mon enfance sous le pseudonyme de Lucye Raye née le 4 avril 1954 à Cilaos Île de LA REUNION (974) 10 recueils en autoédition Blurb (vente en ligne numéro ISBN ) dépôt à la BNF 3ème de classement de la ligue des poètes 2017 2ème de classement des poètes de la ligue des poètes 2016 Correspondance de poésie en liberté océan indien (concours de poésie pour les jeunes) depuis 2015 ! Mon site depuis février 2015 https://www.lucyeraye.fr Participation pour le livre " Réunion vue de l'espace " en 2014 Photos de l'astronaute Pavel Vinogradov 1er prix de poésie CRDP Polynésie en 2009 Retraitée de l'Education nationale Chevalière des palmes académiques Poétiquement vôtre !

1 Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.