Soutenez-nous

Malgré sa résilience, Madagascar est dans une situation difficile

Plan émergence Madagascar, dépréciation de l’ariary, Covid, situation d’Air Madagascar… Jeune Afrique a rencontré le représentant du FMI sur la Grande Ile.

Représentant résident à Madagascar pour le FMI depuis 2018, Marc Gérard a pris ses fonctions quelques mois avant l’arrivée d’Andry Rajoelina à la présidence. Le temps de clôturer en 2020 la facilité élargie de crédit FEC accordée au pays en 2016 par le Fonds et de mener les négociations autour d’un nouveau programme d’aides pour les années 2021-2024 dont l’attribution doit encore être confirmée par Washington avant la fin de mars.

Alors que le Plan émergence Madagascar PEM devrait être dévoilé dans les prochaines semaines, Marc Gérard revient sur les priorités du Fonds dans le pays, entre l’urgence de faire face à la pandémie et l’agenda à plus long terme lié au développement économique de la Grande Île.

Jeune Afrique : Quelle est la situation économique de Madagascar depuis l’irruption de la pandémie en mars ?

Marc Gérard : Le pays a été durement touché. Les dernières estimations prévoient une récession d’au moins 4%, alors qu’une croissance de 5% était attendue au début de 2020. Cette décélération résulte essentiellement de chocs externes, à savoir l’arrêt du tourisme et la forte baisse des échanges commerciaux, ainsi que de la perturbation des chaînes d’approvisionnement liée à la mise en place des mesures de confinement. La crise économique affecte sévèrement les Malgaches dans un pays où les filets de sécurité sociaux sont très minces.

Les prévisions ne sont que des prévisions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.